Deze slideshow heeft JavaScript nodig.

A part une visite nocturne de la Bastille et un match de rugby Grenoble-Toulouse peu de tourisme.

Car quand les Ecolos de Bruxelles – la locale de Forest plus quelques échevins d’autres communes, dont un illustre Groen, sous l’égide de l’ex-ministre Evelyne Huytebroeck – partent si loin, c’est bien pour prendre des leçons politiques chez les grands frères français.

Et pas n’importe lesquels, car Grenoble a un maire écologiste depuis les dernières élections municipales de 2014, qui ont porté une coalition gauche-écologistes au pouvoir.

Pour l’emporter, Éric Piolle ne s’est pas limité aux sujets écologiques. À la tête d’une liste citoyenne, soutenue par EELV et le Parti de Gauche, et dont la moitié des membres n’appartient à aucune formation politique, il voulait incarner “une véritable alternative citoyenne” au clivage PS-UMP. Et s’est présenté comme tel, en n’arborant aucun logo sur son affiche, pas même celui de son parti. Juste quelques points verts, fondus parmi d’autres pastilles de couleur……

En condensé, le programme de la visite des « maires-adjoints » belges comprenait visites et échanges d’idées autour de thèmes comme l’eau (lutte contre la privatisation, au cœur de la campagne électorale), les énergies renouvelables, l’urbanisme et l’habitat, le développement soutenable des territoires urbains, les outils de la démocratie, la mobilité, les discriminations et la solidarité internationale.

Mais l’essentiel n’est jamais dans les débats et les diapos.

Il est dans l’exemple.

Celui qu’on voit en se promenant dans les rues d’une autre ville que celle qu’on gère au quotidien.

Celui qu’on entend quand on parle avec des militants de longue date, dont certains sont restés militants et d’autres sont devenus mandataires……tout en restant militants.

La principale leçon que j’ai retenue, c’est qu’une victoire électorale se prépare longtemps à l’avance.

Sur base d’un programme fort, avec des partenaires fiables.

Et ce n’est qu’après qu’on commence à « vendre » le candidat idéal pour incarner ses idées et valeurs.

A Grenoble, Eric Piolle semblait le mieux à même de jouer ce rôle, bien qu’inconnu du grand public.

 http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Piolle

Habitant sa ville natale, Pau, de 1978 à 1979, je l’ai peut-être croisé……..à l’âge de 6 ans.

Nous n’avons pas eu le temps d’en parler à Grenoble, 36 ans plus tard.

Que voulez-vous, avec un programme tellement chargé………..

Advertenties